La taxe d’habitation allégée pour les ménages modestes ?

Le Gouvernement planche sur une mesure en deux temps pour aider les revenus les plus modestes à faire face à la taxe d’habitation. Le point sur son principe et son coût.

Chaque automne, revient irrémédiablement la même mauvaise nouvelle pour des millions de Français : la taxe d’habitation à payer, qui grève un budget déjà bien resserré. C’est pour aider les foyers les plus modestes – et au passage anticiper une vague de protestation populaire – que le gouvernement a décidé un aménagement de ce fameux impôt sur les biens immobiliers. Comment ? D’abord en faisant en sorte que les 650 000 ménages français qui devaient entrer cette année dans le barème de l’impôt sur le revenu ou qui y étaient entrés sans augmentation de revenus ne paient pas la taxe à la rentrée de septembre. Un manque à gagner estimé entre 500 et 900 millions d’euros pour l’État.

Plus d’entrée brutale dans la taxe d’habitation ?

En plus de ce coup de pouce fiscal d’urgence, des dispositifs d’aménagement de la taxe d’habitation sont à l’étude sur le plus long terme. « La deuxième mesure consisterait à lutter contre les conséquences en cascade de l’entrée dans l’imposition, en évitant qu’elle ne débouche aussi sur une entrée brutale dans la taxe d’habitation », a précisé Dominique Lefebvre, député PS, interrogé par Le Figaro. « On peut imaginer un système où les ménages concernés ne paient la taxe d’habitation que si un seuil de revenu a été franchi trois ans de suite ; ou bien un paiement par paliers, étalé sur plusieurs années (25 % la première, 50 % la deuxième…) », a-t-il précisé. De quoi se rassurer un peu…

 

Pin It

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>